Accoucher 
en temps de pandémie 
faiblesses et résiliences 
des maternités en France

Le projet

Le projet MATER-Covid19 est un projet de recherche en sciences sociales, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et porté par deux sociologues : Virginie Rozée et Clémence Schantz. Il se déroulera sur 12 mois (2021-2022). Sept étudiantes sont associées au projet. Trois étudiantes en Master 2 de sciences sociales (Laurine Boileau en Master de Sociologie à l’EHESS, Mordjane Tiet et Noémie Turpault en Master Populations et Développement à l’Université de Paris). Quatre étudiantes sages-femmes font également partie du projet (Ilona Rodino et Lydia Yahiatene à l’école de sages-femmes de l’hôpital Foch à Suresnes, et Margaux Leclaire et Maurane Ferrere à l’école de sages-femmes de La Réunion). Le projet se déroule en France (en Île-de-France et sur l’île de la Réunion) mais il sera prolongé dans d’autres pays à moyen terme.

Les partenaires

Une des particularités de ce projet est de regrouper à la fois des chercheures en sciences sociales, une association de femmes (Ciane) et des professionnel.les de santé (psychologue, sages-femmes et médecins). Nous espérons que cette intersectorialité (secteur académique, secteur hospitalier et société civile) permettra à notre étude d’être plus proche de la réalité des femmes et des soignant.es. Nous espérons aussi que les femmes et soignant.es pourront plus facilement s’emparer des connaissances que nous allons produire ensemble.

Quatre maternités sont partenaires du projet :

La collecte de données

Nous allons rassembler des données anonymes issues des registres médicaux et mener des entretiens avec des soignant.es (sages-femmes et obstétricien.nes) ainsi qu’avec des femmes ayant accouché au pic de la première vague mais aussi dans les mois qui ont suivi.

Les objectifs de l'étude

Nous souhaitons avant tout rendre visibles les conditions dans lesquelles les femmes ont accouché au cours de la pandémie, mais aussi les conditions dans lesquelles les soignant.es ont exercé leur métier. À partir des entretiens, nous allons documenter les expériences et vécus des femmes et des professionnel.les de santé. Nous souhaitons ainsi souligner ce qui a été fait de positif au cours de ces derniers mois mais également les éléments plus difficiles.
Ce travail permettra d’apprendre de nos erreurs, de guider les politiques et de contribuer ainsi (nous l’espérons) à améliorer les conditions d’accouchement dans les maternités françaises.

Les publications

Retrouvez ici très prochainement nos premières publications.